AFFICHE
2
O'Corno: Une histoire de femmes

Dans l’intimité d’une chambre, une femme en aide une autre à avorter. Cette scène d’ouverture constitue le point névralgique de ce drame choc, qui raconte le destin d’une infirmière reconvertie dans l’avortement clandestin en période Franquiste. Si le sujet est important, le film trimballe son héroïne d’un lieu à l’autre sans savoir où aller. De l’avortement à la prostitution, de l’exil à la libération sexuelle, on peine à cerner les intentions de la réalisatrice dans ce trop-plein de canevas.

Yohan Haddad

Los Delincuentes (2024)
4
Los Delincuentes

Morán, employé de banque sans histoire, décide un beau jour de voler une grosse somme d’argent dans le coffre de son lieu de travail. Son plan ? Après avoir purgé une courte peine de prison, Morán pourra profiter de l’argent caché au préalable par son collègue Roman, homme discret qui sait se faire oublier. De ce postulat délirant, Rodrigo Moreno contourne le film de casse pour se pencher sur les conséquences d’un acte aussi démesuré, préférant ignorer la bêtise du geste afin de mieux se concentrer sur ses exécutants.

AFFICHE
3
Apolonia, Apolonia

Né du coup de foudre de la réalisatrice Lea Glob pour son sujet (l’artiste Apolonia Sokol), Apolonia, Apolonia suit le parcours de cette peintre danoise sur treize années, de ses études aux Beaux-Arts de Paris au début de sa carrière aux États-Unis, jusqu’à sa pleine consécration. S’il reste quelque chose de fondamentalement irrésolu dans ce film (pourquoi avoir suivi cette peintre plutôt qu’une autre ? Qu’a-t-elle de particulier ?), la trajectoire d’Apolonia Sokol s’avère, au bout du compte, plutôt passionnante.

AFFICHE
3
L'Affaire Abel Trem

Tout commence par un bobard. Celui que va naïvement raconter Abel (Gáspár Adonyi-Walsh, magnétique) pour justifier son échec au baccalauréat d’histoire, sans se rendre compte qu’il vient d’activer une réaction en chaîne. Car en expliquant à son père nationaliste qu’il ne s’est pas simplement planté à son oral mais qu’il en a été injustement recalé par son professeur libéral car il portait une cocarde, le jeune homme dépassé par les événements va déclencher un virulent scandale médiatique. De là, Gábor Reisz s’amuse.

Lucie Chiquer
Le jeu de la reine (2024)
2
Le Jeu de la Reine

Le Brésilien Karim Aïnouz, célébré notamment pour son fabuleux mélo La Vie invisible d’Euridice Gusmao (2019), change d’air et de braquet avec ce projet de prestige, tourné en anglais, avec stars au générique (Alicia Vikander, Jude Law) et sélection en compétition au Festival de Cannes. Mais ce qui faisait la singularité de son cinéma se dissout dans un film de facture passe-partout, plus formaté que véritablement porté par une vision d’auteur.

Frédéric Foubert
AFFICHE
3
Pas de vagues

Pas simple de débarquer en salles avec un vent contraire surtout de manière aussi injuste ! En février, la bande- annonce de Pas de vagues a enflammé le net, ses contempteurs reprochant, à sa vision, au film… tout ce qu’il n’est pas : le portrait à charge, sans nuance, d’une collégienne semblant accuser à tort de harcèlement son professeur dont l’autorité suffirait à ce que l’on croit lui et pas elle. Comme un geste provocateur sur un sujet de société brûlant.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Kung Pu Panda 4

Huit ans se sont écoulés depuis Kung Fu Panda 3. Les enfants nés à l’époque du premier volet seront bientôt adultes. Le temps file. Ça s’entend d’ailleurs dans la voix de Maître Shifu – celle de Dustin Hoffman, en VO, de plus en plus caverneuse. Et dans ses propos, aussi, quand il annonce au début du film qu’il est temps pour Po, le panda expert ès-kung-fu, de céder à quelqu’un d’autre son titre de « Guerrier Dragon » et d’envisager une reconversion en chef spirituel de la Vallée de la Paix.

Frédéric Foubert
AFFICHE
1
Cabrini

En 1946, Sœur Francesca Cabrini est canonisée pour avoir dévoué sa vie aux droits des immigrés italiens sur le sol américain. Après Sound of Freedom, Alejandro Monteverde décide de raconter son histoire. Par ignorance ou simple paresse d’écriture, il semble cependant oublier qu’un personnage central féminin ne rend pas un film automatiquement militant… Mais quoi de mieux que de surfer sur la vague féministe pour porter un discours religieux. La finalité : un récit qui tourne en rond et donne le vertige.

Lucie Chiquer
AFFICHE
3
Une famille

En 2018, Catherine Corsini s’attaquait au récit d’autofiction de Christine Angot, Un amour impossible, qui remontait à la racine de sa tragédie : la rencontre de ses parents, menant à l’inceste que lui fera subir son père. Cinq ans plus tard, Angot reprend les rênes de sa propre histoire. Exorciser son traumatisme par l’écriture ne semble plus suffisant, il s’agit maintenant de chercher réparation. Alors, l’autrice devient réalisatrice. La plume devient caméra. Une caméra embarquée avec laquelle Christine Angot confronte un ennemi de taille : le silence.

Lucie Chiquer
AFFICHE
4
Smoke sauna sisterhood

Au loin, une cabane isolée au fond d’un bois enneigé où plusieurs femmes s’engouffrent, laissant derrière elles le froid glacial de l’hiver estonien. À l’intérieur, une chaleur étouffante : celle du sauna à fumée, lieu sacré purificateur du corps et de l’âme. C’est au cœur de ce rituel ancestral fennique que la réalisatrice Anna Hints plonge sa caméra. Et alors que des silhouettes nues s’extirpent de l’obscurité et se forment dans les nuages de vapeur, les sens s’activent et la parole, elle, se délie.

Lucie Chiquer
Le monde est à eux (2024)
3
Le monde est à eux

« C’est différent, mais ça a pour but qu’on réussisse.» Le moins que l’on puisse dire, en effet, c’est que c’est différent. Au lycée Delacroix de Drancy, Jérémie Fontanieu, prof d’économie aux allures de jeune loup de la finance tente une « expérimentation inédite ». Chaque année, les élèves de terminale les moins prometteurs de ce lycée de banlieue défavorisée subissent un intensif coaching afin d’obtenir le saint-graal: baccalauréat et, si affinités, admission en classe préparatoire. La méthode - et le film, réalisé par le prof lui-même - laissent parfois songeur.

AFFICHE
2
Laissez-moi

Mère très dévouée à un fils en situation de handicap, Claudine (Jeanne Balibar) s’accorde chaque semaine un jour de liberté en couchant avec des hommes de passage dans un hôtel de montagne... Avec ce portrait d’une quinquagénaire qui aspire à une vie romanesque, Maxime Rappaz élabore pour son premier film une atmosphère mélancolique et hors du temps (même si le récit se passe en 1997). Mais la thématique du fantasme est traitée d’une manière vue et revue, au sein d’une direction artistique qui nous laisse sur notre faim.

Damien Leblanc
AFFICHE
2
Karaoké

Une chanteuse d’opéra ridiculement bourgeoise est recueillie par la femme de chambre de son hôtel luxueux, après un badbuzz médiatique. Cette dernière l’entraine dans une compétition de karaoké et en profite pour lui ouvrir les yeux sur la réalité de la France populaire. Même si le duo Michèle Laroque/Claudia Tagbo convainc, Karaoke se limite à une comédie bourrée de clichés sur la confrontation des classes au discours faussement politique comme on en voit tant et trop.

Bastien Assié

AFFICHE
3
La Jeune fille et les paysans

Après La Passion Van Gogh, les Welchman reviennent dépoussiérer le cinéma d’animation. Dans un style pictural fin 19ème inspiré des peintres de la Jeune Pologne, le duo brosse le portrait de l’enivrante Jagna, jeune femme indomptable prisonnière d’un mariage forcé. Mais au rythme des récoltes saisonnières, sa révolte va peu à peu faire trembler la terre de son village putréfié par le patriarcat… Adapté du Prix Nobel de littérature Les Paysans de Wladyslaw Reymont, ce film-tableau fascine d’emblée par la richesse de son animation.

Lucie Chiquer
AFFICHE
3
Vampire humaniste cherche suicidaire consentant

Un bon film, ça ne tient à rien : une phrase qui fait rire, un joli plan, de super acteurs, quelque chose d’évident qui vous saute aux yeux… Vampire humaniste cherche suicidaire consentant arrive justement à accomplir ça dès ses dix premières minutes : on assiste à une fête d’anniversaire chez la famille vampire, qui va manger un clown un peu nul -et surtout réaliser que leur petite fille, trop émotive (« elle s’émeut d’vant une roche ! », se désole sa mère) n’est pas très chaude à l’idée de boire le sang d’autres êtres humains.

Sylvestre Picard
Immaculée (2024)
3
Immaculée

Cecilia (Sydney Sweeney), une jeune religieuse américaine, est recueillie par un couvent au fin fond de l’Italie. À mesure qu’elle s’intègre au groupe et s’occupe des sœurs mourantes, elle observe une atmosphère étrange, qui atteint son paroxysme lorsqu’un miracle survient : bien que vierge, elle serait tombée enceinte. Concis et efficace, ce long-métrage étonne de prime abord par son scénario.

Affiche Bis Repetita
3
Bis Repetita

Delphine (Louise Bourgoin) est prof de latin dans un lycée de province. Elle a cinq élèves qu’elle occupe pendant quelques heures hebdomadaires selon un contrat tacite. Contre une paix royale, la prof leur colle d’office un 19 de moyenne. Et au fond, qui pour la blâmer ? Les ennuis commencent quand sa classe est sélectionnée pour un concours d’excellence à Naples. Les cinq branleurs et leur enseignante démissionnaire vont donc devoir représenter la France à cette compétition.

Gael Golhen
AFFICHE
4
Averroès et Rosa Parks

Quand un film en appelle un autre… et même deux (La Machine à écrire qui sortira le 17 avril). En renouant, vingt- cinq ans après La Moindre des choses, avec le thème de la psychiatrie avec Sur L’Adamant, Ours d’Or à Berlin l’an passé, Nicolas Philibert n’avait sans doute pas anticipé qu’il ne s’arrêterait pas en si bon chemin, qu’il avait tiré un fil qui allait le pousser à aller rencontrer ailleurs que sur cette péniche, offrant un cadre de soins et des ateliers culturels, des malades en souffrance psychique.

Thierry Chèze
Hors-saison (affiche)
4
Hors-saison

On a tendance à l’oublier mais avant son exploration du monde du travail avec La Loi du marché, En guerre et Un autre monde, Stéphane Brizé a commencé par parler d’amour. Dans Le Bleu des villes, son premier long en 1999, suivi de Je ne suis pas là pour être aimé, Entre adultes et Mademoiselle Chambon, qui lui a valu son seul César à ce jour.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
La Beauté du geste- Danse et éternité

Une thématique traverse l’essentiel des documentaires mis en scène par Xavier de Lauzanne : le long chemin de la reconstruction des sociétés marquées dans leur chair et traumatisées par les guerres. Après avoir traité de la Syrie (9 jours à Raqqa, son meilleur film) et de l’Irak (En toute liberté), il s’intéresse cette fois- ci au Cambodge par un prisme singulier : le ballet royal du Cambodge qui ayant traversé l’histoire mouvementée du pays sans jamais être démantelé ou mis en sommeil, est considéré comme un véritable socle identitaire immuables pour ses habitants.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Tiger stripes

Le Grand prix de la Semaine de la Critique à Cannes, censuré dans son propre pays ?

Lucie Chiquer
La Nouvelle femme
3
La Nouvelle femme

Saviez-vous que la méthode Montessori était née pour aider les enfants en situation de handicap ? A travers un puissant portrait de femme(s), Léa Todorov redonne une vie, un corps, à ces petits « déficients », comme ils étaient appelés au début du XXe siècle.

Elodie Bardinet
AFFICHE
3
Nome

En plein cœur de la Guinée- Bissau en 1969, la guerre pour l’indépendance fait rage. Nome est un u jeune homme qui quitte son village pour s’engager dans la guérilla et repousser les colons portugais. Il laisse derrière lui sa mère et Nambu, son amante, enceinte de lui. Alternant la narration au présent et des flashbacks lors de la cérémonie d’initiation de Nome lorsqu’il était enfant, le réalisateur Sana Na N’Hada met en perspective sa fiction et de vraies images d’archives de la révolution qu’il a lui- même vécu en tant que soldat puis comme documentariste.

AFFICHE
3
Mis hermanos

Cette fiction s’inspire de faits réels survenus dans un pénitencier chilien pour jeunes après une tentative d’évasion manquée en 2007. Si l’info est donnée en bout de course, cette fin vient presque s’inscrire en porte-à-faux par rapport à ce qui précède. Le film débute ainsi sur un plan de deux jeunes gens – dont on comprendra qu’ils sont frères – assis dans l’herbe, libres donc, avant que la caméra ne dévoile un mur d’enceinte ramenant nos protagonistes à leur sordide condition de prisonniers. Le film joue subtilement avec cette idée de l’apparente relativité de cet enfermement.

Thomas Baurez
Heureux gagnants
3
Heureux gagnants

Film à sketchs qui gravite autour de l’argent, le film suit le destin de gens qui viennent de gagner au Loto et regarde les conséquences globalement funestes de cet « heureux » hasard. Mijoté dans l’esprit de la défunte comédie italienne, et relevé par une galerie d’acteurs venus de l’humour qui apportent un supplément volcanique. Des quatre segments, on préfèrera le premier, la partie haletante du film avec un Fabrice Eboué hilarant qui se la joue Bruce Willis des calanques et assure la dose d’action de l’ensemble.

Pierre Lunn
AFFICHE
3
The Sweet east

Lilian s’ennuie mollement entre sa vie de lycéenne et son blondinet de copain, avec qui elle couche sans conviction. Profitant d’un voyage scolaire à Washington, elle se fait la malle de ce quotidien cotonneux en passant de l’autre côté d’un miroir planqué dans les toilettes d’une pizzeria. The Sweet East s’assume d’emblée comme un conte de fées détraqué, une variation autour d’Alice au pays des Merveilles où la fosse à purin remplacerait le terrier du lapin blanc.

François Léger
AFFICHE
4
Chroniques de Téhéran

Un plan fixe en suspension au-dessus de Téhéran. Un plan qui dure suffisamment pour permettre à notre regard de scruter l’espace, de saisir le murmure de la ville qui s’étoffe à mesure que la ville se réveille. En légère suspension donc, à une hauteur inatteignable, protégé du chaos. Le dispositif qui se met ensuite en place nous ramène au plus près de visages mais dans une position tout aussi démiurgique. La caméra se veut subjective dans l’idée d’un face à face permanent entre ces neuf hommes et femmes dont nous allons entendre et voir les mésaventures.

Thomas Baurez
Dans la peau de Blanche Houellebecq
3
Dans la peau de Blanche Houellebecq

Michel Houellebecq a pris des champignons hallucinogènes. Ça ne va pas fort : il n’arrive plus à parler et sa gueule de Droopy cadavérique est quasi liquide… La situation dure longtemps, plusieurs scènes, au point que Houellebecq semble avoir quasiment disparu du film.

François Léger
Les Rois De La Piste affiche
3
Les Rois de la piste

Un film comme une bulle de champagne. Habitué à des ambiances plus dramatiques (Le Héros de la famille …), Thierry Klifa s’aventure ici sur les rivages de la fantaisie, dans les pas d’une drôle de tribu – la mère, ses deux fils et son petit- fils – arnaqueurs façon Pieds Nickelés dont le vol d’un tableau au cours d’un cambriolage interrompu par les forces de l’ordre va bouleverser le fragile équilibre, au fil de dommages collatéraux à répétition.

Thierry Chèze
Il reste encore demain (affiche)
3
Il reste encore demain

 En Italie, la figure féministe de 2023, ce n’est pas la Barbie de Margot Robbie. Car avec son premier long métrage C'é ancora domani, de son titre original, l’actrice et réalisatrice Paola Cortellesi a fait mouche en octobre dernier au point d’arriver en tête du box-office italien, devant Greta Gerwig. Une gifle. Autant au sens figuré qu’au sens propre.

Lucie Chiquer