Valérie Donzelli (photo Semaine de la Critique)
© Aurélie Lamachère | Semaine de la Critique

Pour sa toute première aventure sur le petit écran, la cinéaste est couronnée aujourd'hui par le SFCC du Prix de la Meilleure série 2021. Elle revient pour nous sur l’expérience Nona et ses filles.

Coup d'essai et coup de maître. Avec Nona et ses filles, Valérie Donzelli a conquis le public et remporte ce lundi le Prix 2021 du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de télévision. Deux mois après la diffusion de la série sur Arte, la cinéaste revient sur cette première expérience télévisuelle, réussie à tous les niveaux. Elle nous explique ce qu'elle en a gardé et nous confie qu'elle rêve désormais de faire une saison 2...

La critique de Nona et ses filles, la série Arte de Valérie Donzelli

Première série et premier succès ! Vous gagnez le Prix de la Meilleure série française décerné par le SFCC aujourd'hui. L'expérience est donc pleinement validée ?
Valérie Donzelli
 : Même sans ce prix, l'expérience aurait été validée honnêtement. Parce qu'il y a un truc un peu enchanteur qui s'est passé avec cette série, depuis le départ ! Au moment du montage, toutes les pièces du puzzle se sont imbriquées de façon presque idyllique. J'ai toujours senti comme une bonne fée qui veillait sur cette série. C'est étrange à expliquer... Et puis elle a été bien reçue par la presse et le public dans la foulée. Alors avoir ce prix aujourd'hui en plus, j'en suis ravie... Même si ce n'est pas ce prix qui me conforte dans l'idée que j'ai bien fait de faire une série. Je dirais que c'est la cerise sur le gâteau...

Qu'est-ce qui vous plu concrètement ?
J'adore écrire des personnages et Nona et ses filles, c'est une vraie série de personnages. Je me suis sentie très bien parce que j'ai pu les développer comme j'en ai peu l'occasion au cinéma. C'est l'avantage des séries : on a le temps de passer du temps sur chacun. Et comme c'est ce que je préfère dans mon travail... J'étais aux anges.

Vous travaillez à une saison 2 de Nona ? Vous auriez envie de faire revenir Emmanuelle, George et Gabrielle ?
Oui, j'aimerais beaucoup faire une saison 2 de Nona et ses filles. Mais c'est Arte qui décide et la chaîne n'est pas tellement encline à faire des saisons 2. Donc je ne suis pas sûre que ça se fera un jour... Mais qui sait ? Peut-être qu'on les retrouvera. Après, je dois avouer que je l'avais pensé à l'origine comme une mini-série, sans imaginer de saison 2... Mais bon... J'ai tellement aimé les personnages que j'adorerais les retrouver. Ou alors écrire une autre série. Mais pour le moment, je prépare mon prochain film.

Ceci dit, on vous retrouvera à la télé cette année, puisque vous serez en guest dans dans un épisode de Capitaine Marleau. De Nona à Marleau, c'est une sacrée transition non ?
Moi, je suis actrice et aussi réalisatrice, alors ça m'amuse beaucoup d'être sur les plateaux des autres, pour voir comment ils font. Et Josée Dayan, c'est une star de la télévision ! Elle a fait énormément de productions importantes, avec d'immenses acteurs. C'est la papesse du petit écran. Je trouvais intéressant de voir comment elle travaille. C'est Josée qui m'a proposé ce rôle, et j'ai adoré l'idée d'être face à Corinne Masiero et Catherine Frot (qui sera aussi dans cet épisode, NDLR) ! C'est stimulant d'être face à ces deux grandes actrices. Parce que moi, au fond, je n'ai pas vraiment une carrière d'actrice. J'adore jouer, mais mon travail, c'est surtout de faire des films. D'être réalisatrice. Alors je trouvais ça marrant d'aller dans Capitaine Marleau, face à ces deux grandes stars, et devant la caméra de la papesse du petit écran ! C'est un monde que je ne connais pas du tout. Je connais très bien le cinéma d'auteur, mais peu la télévision populaire.

Justement. La réalisatrice que vous êtes aurait envie, parfois, d'aller sur d'autres terrains que le cinéma d'auteur ? Dans Nona, par exemple, vous effleurez le genre fantastique...
J'étais jurée au festival de Gérardmer récemment et l'expérience m'a beaucoup plu. Dans le cinéma fantastique, je crois qu'il y a un endroit à explorer, dans lequel je n'ose pas encore aller... mais peut-être qu'un jour ça me plairait de m'y aventurer complètement.  Pourquoi pas... Dans le fantastique, il y a une forme de poésie. C'est des choses qu'on explique pas avec des dialogues, mais avec des images, des sensations. C'est très visuel comme art. C'est sensoriel. Et justement, j'aime quand les choses sont décalées. D'ailleurs, je ne fais pas un cinéma naturaliste. J'essaye des choses. Mon cinéma est toujours un peu au bord des choses, et puis finalement pas vraiment. Ce qui m'intéresse, c'est l'intime, ce qui traverse les gens. Et je pourrais tout à fait mettre tout ça dans un film de science fiction un jour !

Nona et ses filles est disponible en VOD sur la plateforme Arte.TV.


A lire aussi sur Première