Toutes les critiques de La Nuée

Les critiques de la Presse

  1. par Thomas Baurez

Dans Petit paysan, on voyait un agriculteur au bout du rouleau essayer de planquer le cadavre d’une de ses vaches au fond du jardin pour sauver les apparences de son exploitation. Dans La Nuée, la quête sacrificielle est encore plus totale, puisque Virginie (Suliane Brahim) n’hésite pas à donner de son sang pour nourrir ses sauterelles soudain excitées comme des vampires. Les dettes s’accumulent aussi vite que sa production diminue dans une sorte de logique infernale et implacable. Et s’il est vrai que tout (bon) film de genre charrie avec lui un discours politique, alors La Nuée ressemble à un cri d’alarme. Just Philippot, dont c’est le premier long métrage, mène sa barque avec intelligence, sachant faire monter la pression sans trop dévoiler ses cartes. Et s’il joue avec certaines figures convenues du cinéma bis américain et sacrifie les personnages secondaires, c’est pour mieux filmer les dégâts d’une paranoïa ravageuse.