Toutes les critiques de Petite soeur

Les critiques de Première

  1. Première
    par Thierry Chèze

    Amies d’enfance, Stéphanie Chuat et Véronique Reymond font du cinéma ensemble depuis le milieu des années 2000. Dix ans après leur premier long, La Petite chambre, elles reviennent à la fiction avec un beau portrait de femme. Une dramaturge allemande qui a fait le choix de sacrifier sa carrière à sa famille, en suivant en Suisse son mari, directeur d’un collège huppé. Mais quand il décide de renouveler son contrat sans la consulter, Lisa se sent pris au piège, percutée au même moment par l’annonce de la grave maladie de son frère, acteur de théâtre, qui ne vit plus que pour remonter sur scène. De ces situations étouffantes, les cinéastes tirent un récit de reconstruction tout en subtilité où sauver son frère en lui écrivant un monologue revient à se sauver elle- même, en s’autorisant de nouveau une visibilité. Sans pathos mais avec un sens de la tension dans le récit, Petite sœur, porté par la toujours parfaite Nina Hoss, touche juste.