Le Dernier duel : Ridley Scott, une passion française
Paramount / Gaumont / 20th Century Studios

Des obsédés de l’épée sous Napoléon à ceux du Dernier Duel : récit de la love story française du réalisateur d’Alien et Blade Runner.

Pour son nouveau film évènement, Le Dernier Duel (actuellement au cinéma), Ridley Scott est venu poser ses caméras en France, prêt de Sarlat, pour raconter un épisode historique intense du Moyen-Age. Un élément essentiel de la carrière et de la vie du réalisateur qui y a tourné son tout premier film (Les Duellistes) et possède une maison dans le Vaucluse. Retour sur la passion française de Sir Ridley, qui a marqué les temps forts de sa riche filmographie.

 

Les Duellistes (1977)

Dès son premier long, Sir Ridley plonge dans l’histoire de France. Mais pas n’importe comment : en adaptant une nouvelle de Conrad qui raconte le duel à mort, sans cesse recommencé, entre deux officiers de la Grande armée, dans l’ombre sanglante des batailles napoléoniennes. Si des extérieurs sont tournés en Ecosse, Scott pose pour la première fois sa caméra en France, autour de Sarlat, en Dordogne, où il reviendra en 2020 pour tourner Le Dernier Duel. Malgré le budget réduit, les difficultés logistiques  "Un des meilleurs tournages de ma vie", se souvenait le cinéaste dans les pages de Première Classics en 2019. Le film contient d’ailleurs le plan préféré de toute sa carrière : celui où Harvey Keitel domine un fleuve du haut d’une colline alors que le soleil perce les nuages.

1492 : Christophe Colomb (1992)

Scott dirige Depardieu. Ça suffirait pour vendre un film : l’acteur venait de rameuter 4,7 millions de spectateurs en salles pour Cyrano de Bergerac qui lui valut le César. En Christophe Colomb, il en attira 3 millions. Cette année-là, l’Europe fêtait la "découverte" des Amériques par le navigateur en 1492. Conscient de la présence des guillemets au mot "découverte", Scott respecte le cahier des charges de sa commande à gros budget en livrant une fresque épique, spectaculaire à souhait, mais qui déconstruit la "découverte" du Nouveau Monde en la racontant plutôt comme une violente conquête coloniale. Et Scott fait la conquête de Depardieu, trésor national français, et lui donne le rôle principal d’une série de pubs pour les pâtes Barilla, réalisées par Ridley et un certain David Lynch.

La pub Quézac (1995)

C’est un fait : avant d’être réalisateur de films, Sir Ridley était un pubard. Le pubard ultime, en vrai, qui a forgé son art de l’efficacité de tournage ultime en emballant des spots télé dans les années 70-80 sur tout et n’importe quoi. Si son chef-d’œuvre est la fameuse pub Macintosh de 1984, son carton culturel est la pub pour l’eau gazeuse auvergnate et authentique Quézac. C’était en 1995. "La légende de Quézac" dure trente secondes, et vend la flotte à bulles sur le mode du conte ancestral de l’eau de vie miraculeuse. 25 ans après sa diffusion,"et qué s’apelorio Quézac" s’emploie désormais (certes, plutôt par les Anciens) sur les Internets au même titre que des memes de The Office. Fun fact : en 2017, Nestlé, proprio de la marque, a commandé une suite à la pub avec la petite fille (Emilie Delaunay) devenue maman et qui transmet la légende de l’eau à sa fille. Mais Ridley Scott ne l’a pas réalisée -des mauvaises langues diraient qu’il aurait dû la faire au lieu de shooter des suites d’Alien.


Kingdom of Heaven (2005)

Le grand film sur les Croisades a beau déborder de personnages français dans tous les sens, quasiment aucun acteur français à l’horizon. Beaucoup d’Anglais (Liam Neeson, Brendan Gleeson, Orlando Bloom, Jeremy Irons…), un Néo-Zélandais (Marton Czokas)… Heureusement, Eva Green sauve l’honneur en incarnant Sybille, la sœur du roi lépreux Baudoin VI (Edward Norton), et véritable héroïne de Kingdom of Heaven -surtout dans son director’s cut. Le film n’a d’ailleurs pas du tout été tourné en France : tout a été filmé, y compris son prologue hivernal et français, entre l’Espagne et le Maroc.

Une grande année (2006)

Adaptant l’un des best-sellers pseudo-autobiographique de son copain Peter Mayle, Ridley Scott fait de Russell Crowe un trader londonien héritant de la maison de son enfance en Provence. Tiens donc : en 1992, Ridley Scott achète une propriété à Oppède, dans le Vaucluse, où il fait pousser ses vignes et y passe sa meilleure vie : « Tennis, sport, drink, sex and good health », c’est ma conception de la Provence !" résume-t-il en juillet dernier au site Terredevins.com. Blague à part, Une grande année fut, à la différence de Kingdom of Heaven, bel et bien tourné en France, sur site. Avec deux autres trésors nationaux de l’Hexagone au générique : Marion Cotillard (un an avant La Môme) et Didier Bourdon.

Le Dernier Duel (2021)

Deux guerriers s’affrontent jusqu’à la mort pour savoir si la femme de l’un a été violée par l’autre… Si toute l’action du Dernier duel Duel (à l’exception d’une brève expédition militaire en Ecosse) se passe entre la Normandie et Paris à la fin du 14ème siècle, Ridley Scott en profite pour retrouver la Dordogne et ses vieilles pierres : le tournage s’est déroulé à Montpasier, aux châteaux de Fénelon et Beynac, et à l’abbaye de Fontfroide, alors que l’équipe logeait à Sarlat. Soit, si vous avez bien suivi, l’un des lieux de tournage des Duellistes, il y a près de quarante ans. Pour Scott, c’est donc un retour aux sources. Et pas celles de Quézac.

Découvrez Le Dernier Duel, avec Adam Driver, Jodie Comer, Matt Damon et Ben Affleck, actuellement au cinéma.


A lire aussi sur Première

Ridley Scott analyse l'échec du Dernier duel et blâme les Millenials

C'est l'un des plus beaux films qu'il a réalisé ces dernières années et pourtant, c'est certainement l'un de ses plus gros bides... Le cinéaste britannique tente de comprendre...